Publié par : P-E | juillet 24, 2011

Les urgences en Chine….et le tétanos !

Avant-hier après-midi, Yanze s’est coupée avec un éplucheur de légumes. Rien de bien méchant, deux éraflures de quelques millimètres seulement.

Un peu d’alcool, une compresse et un sparadrap et le tour est joué me suis-je dit! Bien mal m’en à pris!

C’était sans compter que le lendemain matin son pouce avait doublé de volume et la coupure, plutôt que d’avoir commencé à cicatriser, s’était remplie de pus. J’ai renettoyé et elle est partie s’essayer à son nouveau job. Hier soir, elle rentre vers 16h, aucune amélioration et je me rends compte que les vaisseaux sanguins irriguant son pouce sont tous rouge et ainsi jusqu’au milieu de l’avant-bras. Hmm ! Direction la petite clinique-pharmacie du coin pour avoir un avis plus médical que le mien (a postériori, je crois que mon avis au final fut bien plus pro que le leur!). Résultat, une sorte d’éosine rougeâtre et pâteuse et puis on me dit qu’elle n’a qu’à revenir le lendemain si aucune amélioration. Ils firent fit de mes questions au sujet du tétanos et de son absence de vaccination.

Retour à la maison, je lui renettoie la plaie, compresse et alcool et lui dit que si dans quelques heures toujours pas d’amélioration, on y retourne.

Deux heures plus tard, la trace rouge de ses vaisseaux à atteint le coude et la couleur est vive, les vaisseaux semblent clairement inflammés. Je commence à m’inquiéter un peu de la dégradation de son état et me dit qu’au final, le seul avis fiable que je pourrai avoir dans l’immédiat ne sera probablement pas celui d’une clinique de quartier qui a fait la sourde oreille à mes objections mais plutôt un avis bien de chez nous, français. Je passe un coup de fil à ma soeur, infirmière de son état, décris les symptômes, la chronologie et l’évolution. Le verdict est sans appel, le risque de tétanos est là et l’inflammation sanguine progressant rapidement, 24 heures se sont déjà écoulées, l’épaule n’est plus très loin.

On enfourche le scooter, direction un hôpital ouvert 24/24. Quelques kilomètres plus loin, on arrive au service des urgences. Et même si l’aspect des locaux n’était pas des plus luxueux, la sensation d’être face à des gens qui connaissent leur métier a quelque chose de rassurant, d’agréablement familier. Un professionnel, ça se sent, non pas dans les habits ou dans la blancheur de la blouse, mais dans le sérieux qui émane du regard, du calme avec lequel le cerveau enregistre les informations et restitue des hypothèse et des solutions. Bien des « docteurs » ici tentent d’avoir cette attitude, mais ils se trompent et n’en sont que de vagues copies, confondant abnégation et calme avec indifférence et la peur du travail, de devoir réfléchir pour faire face à une situation dérangeante. Ici tout est souvent rhume et…..rhume.

Très vite, la docteur urgentiste lui ordonne quelques piqûres et une perfusion pour rétablir la situation. On a passé la moitié de la nuit aux urgences et il va falloir y retourner pour terminer le traitement. Ca à couté cher, très cher si on compare à ces cliniques de quartier si peu efficace et sérieuse dès lors que l’on a autre chose qu’un rhume. Mais qu’il est bon de payer lorsqu’on a le sentiment que ça sert à quelque chose!

Il serait aussi bon de chercher un peu à généraliser la vaccination en Chine pour ces maladies si bien traitées et pourtant si dangereuses. Résultat de la politique de l’enfant unique. On cache ses enfants supplémentaires en les envoyant vivre chez les grands-parents dans les campagnes reculées où, au final, bien peu de soins de qualités peuvent et sont prodigués. Pour ne pas subir les foudres du gouvernement, on sacrifie la santé et le futur de milliers d’enfants. Et le paradoxe ultime est qu’on cherche à accomplir cette politique de l’enfant unique en prônant l’abstinence comme meilleur contraceptif ! Il serait peut-être temps que certaines personnes bien mal éclairées changent de lampe et commencent à réaliser qu’il serait bon de faire changer des mentalités, malheureusement forgées à l’acier trempé des années (plus) sombres de la Chine. La méthode Ogino, c’est bien beau, mais ça ne marche pas !

Il faudrait penser à créer de vraies campagnes informatives d’éducation sexuelle, démocratiser les contraceptifs, distribuer la pilule et expliquer qu’un enfant non vacciné est un enfant condamné à une vie d’une morbide ignorance.

Perdre la vie pour avoir épluché une patate…..voilà l’absurdité d’une certaine actualité chinoise.

Publicités

Responses

  1. Ohlala, j’espère qu’elle va mieux là ?! A Taiwan non-plus, pas de vaccination ni de rappel contre le tétanos.

  2. Oui, merci, ça va mieux. On a fait perf quotidienne pendant une semaine et ça à l’air d’aller mieux. Heureusement !!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :