Publié par : P-E | août 2, 2011

Le racisme en Chine

(erreur de traduction, c’est un panda, pas un ours…)

Voilà, j’espère que vous avez bien regardé, bien lu, admiré tous les détails qui construisent le look de cette personne, où chaque pièce complète un peu plus un archétype malheureusement assez commun ici, en Chine. Du moins dans le Henan, car des énergumènes au look aussi extrême, de mémoire, je n’en ai pas vu dans le Zhejiang, ni à Xiamen. Mais si le look n’est pas souvent aussi ostensible, les discours, eux, sont souvent très similaires, et cela, indépendamment du milieu social ou du genre du locuteur, et bien plus funeste, bien souvent, indépendamment du niveau d’éducation.

Il y a quelques semaines, j’allais faire réparer mon scooter électrique dont le moteur avait grillé suite aux fortes pluies et aux inondations qui ont eu lieu au mois de juillet. En attendant que ma réparation soit faite, cet homme est arrivé pour faire réparer le sien, remplacer son « porte sac » et ses autocollants « flammes »…forcément, quand un truc du genre se pointe à côté de vous, le regard s’y colle. Et en l’étudiant plus en détail, j’ai été époustouflé par le show qu’il représentait. Et plutôt que de garder ma colère pour moi, je me suis dit, « tiens, prenons quelques photos, histoire qu’on me croit, et profitons-en pour parler un peu de ce sujet chaud brûlant, le racisme en Chine ! »

J’ai pu voyager dans plusieurs pays asiatique à l’histoire un peu sulfureuse et il est très intéressant de voir quelles sont les différentes réactions face aux pays voisins.

Résumons ainsi :

A Taïwan, les japonais sont sympas, branchés et un modèle économique à imiter au plus vite. Les chinois, quant à eux, sont plus perçus comme une menace, militaire, culturelle et économique. Toutefois, économiquement parlant, ils représentent tout de même une poule aux œufs d’or.

Au Japon, pour ceux qui connaissent l’existence de Taïwan, c’est un endroit magnifique avec des gens chaleureux et une gastronomie appréciée. Sinon, c’est au mieux, une île sur la carte au Sud d’Okinawa, en général, une grosse usine que les japonais ont utilisé pour fabriquer des composants, au pire, « Ahhhhhh Taïwan…..oui, oui…. ». La Chine, quant à elle, n’est pas particulièrement appréciée, surtout depuis le scandale des gyôza frelatés il y a quelques années, et puis plus récemment, à cause de l’incident qui opposât des pêcheurs japonais à la marine chinoise, qui les allumât. Sinon, c’est plus une grosse ombre noire au tableau, mais pas parce que les japonais ne les aime pas, non, plutôt parce qu’il craignent que la haine des chinois à leur encontre ne s’exprime plus facilement maintenant que la Chine s’enrichit. En gros, une sorte d’indifférence teintée de crainte plus ou moins fondée.

En Chine, Taïwan est le méchant département d’outre mer. Taïwan n’existe qu’avec un petit « t », Taïwan, c’est la Chine, un point c’est tout et gare à quiconque tenterait de dire le contraire, peu importe les arguments avancés ou les questions soulevées. Mais si dire que Taïwan est un pays souverain et de facto indépendant s’avérait dangereux, ce n’est rien en comparaison de quelqu’un qui aimerait le Japon et les japonais. Un japonais en Chine c’est peu comme un arabe pour l’administration Bush, « It is Evil » (c’est le Mal).

Le japonais aujourd’hui en Chine, est bien malheureusement vu comme le boche dans les années 50~80 en France. Quelqu’un de dangereux qui vous veut du mal, et qui plus est, sait comment s’y prendre ! Ô misère !

A croire qu’ici, l’histoire s’est arrêtée en 1931 et que le Japon est toujours un envahisseur. Près d’un siècle plus tard, bien peu de choses ont changé. Et pour cause, l’éducation et « la culture » d’Etat, n’aident en rien à faire la transition vers une meilleure entente en Asie de l’Est. Oh oui, le sujet est traité à la télévision, au cinéma, et ce, plusieurs fois par an, que dis-je, par mois, si ce n’est pas jour tant les séries TV, les téléfilms et cie. sont nombreux à ce sujet et disposent de créneaux horaires populaires et de fréquences de diffusion spectaculaires !

Ce serait une bonne chose si, le sujet était traité de manière historique et aussi, si la seconde guerre mondiale était traitée comme telle et non comme la succession de 3 événements : l’invasion de la Chine par le Japon en 1931, le massacre de Nankin en 1937 et la défaite du Japon en 1945. Non, il s’est passé bien d’autres choses durant ces années. Et les atrocités furent perpétrées par beaucoup. Mais allez faire entendre raison à un nationaliste sur l’histoire de son pays ! Autant ils en connaissent long sur les « noms » des méfaits commis par les japonais durant la guerre (parce que les détails ils ne les connaissent pas), autant ils ne savent pas grand chose sur les méfaits de la révolution culturelle ou sur les manifestations populaires des années 1980 qui menèrent au massacre de la place Tiananmen.

Le travail d’histoire en Chine n’a même pas été entamé. Le processus n’est même pas un fœtus et cela a quelque chose de bien désolant lorsqu’on est européen, français, alsacien et quel la guerre des voisins a eu une réelle résonance dans l’histoire de ma terre, de mes aïeux. Je ne compte plus les médecins, les écrivains, les hommes d’affaires, les professeurs qui n’ont aucunement conscience des insanités qu’ils vocifèrent en toute bonne conscience.

Heureusement, parfois, ici ou là, il y a quelqu’un qui pose des questions parce qu’il cherche des réponses non empreintes d’un quelconque nationalisme tronquant l’histoire, mais juste en quête de divergences, de perspectives encore inabordées. Ces quelques personnes, un professeur d’histoire ancien collègue, quelques élèves un peu plus sensibles que d’autres….et malheureusement si peu ! Il faudra un réel effort de la classe intellectuelle et éducative chinoise pour que les choses changent. Car rester dans sur la voie qu’elle emprunte aujourd’hui, la Chine sera responsable, non pas aujourd’hui, mais dans 10 ans, 15 ou peut-être seulement 25 ans, de cette guerre qui éclatera à l’encontre du Japon, de Taïwan, du Xinzhiang, du Tibet ou je ne sais où, née de la haine qui est entretenue par cette éducation encore plus tronquée que celle que j’ai moi-même reçu et qui me prit des années à reformater, à nettoyer des inepties et inexactitudes du système éducatif français pour la remplacer et la compléter par une connaissance plus universelle, pluripartite.

J’espère de tout cœur qu’assez de personnes prendront conscience de ce problème avant qu’il ne soit trop tard. Que l’ignorance de notre passé ne nous mène pas vers une nouvelle guerre, qui elle, semble pourtant si facilement évitable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :