Publié par : P-E | août 26, 2011

Comment Sarkozy a changé ma vie

Comme il ne se passe pas grand chose ces derniers jours, le calme avant la tempête me direz-vous, écrivons sur quelque chose d’autre.

L’actualité en France a ça de bien, qu’alors qu’il y aurait des tas de choses intéressantes à dire, couvrir et débattre, on nous parle des présidentielles qui auront lieu dans…..10 mois ! Voilà l’urgence !

Lisant un article du Monde, je me disais que Sarkozy a fait beaucoup pour moi, il a changé ma vie ! En 2007, ô que cette époque semble loin et révolue ! J’étais un étudiant, ambitieux, quelque peu rêveur et doté d’une certaine confiance en l’avenir de nôtre belle France. C’était avant le 21 avril. J’envisageais de faire mon Master à Science-po pour intégrer la machine de l’Etat au ministère des affaires étrangères. Je crois que tout homme politique, et j’aurai été un de ceux-ci, peut accomplir de merveilleuses choses dès lors qu’il agit dans l’intérêt du plus faible en ne dérogeant jamais à ses principes et convictions….mais Sarkozy a changé ma vie, ô triste Sarkozie!

Et voilà que ce printemps 2007 se termine. Et voilà qu’un être à l’opposé de mes idées prend la tête de la France. Et voilà qu’il me faille repenser mes projets, car un bon maillon gouvernemental, à mon sens ne peut prostituer son âme à une idéologie qu’il ne partage pas. Ô Sarkozy, tu as changé ma vie ! En 2007 j’ai donc décidé que j’allais partir, m’exiler pour mes idées, pour que ma frustration de vivre dans une France qui n’en porte plus que le nom n’anéantisse pas en 5 ans l’embryonnaire cerveau que j’avais réussi à protéger 22 ans durant.

En 2007 ce blog est né. Trois mois après cette élection funeste, je partais à Taïwan pour y découvrir une chose toute stupéfiante : moi. Ces jours passés à pédaler, seul, sur les routes dans un pays inconnu m’a tant appris sur moi-même et, je crois, également sur le monde qui m’entoure. Mon retour en France ne fut que plus compliqué, car si j’avais un joli bronzage, des muscles ressuscités et une crinière plus sauvage que jamais, en mon for intérieur, c’est un cri d’agonie qui retentissait à l’infini, dont l’écho faisait vibrer et s’écrouler tout ce que j’étais, un peu plus chaque jour.

Il m’a fallu attendre le début de l’été 2008 pour pouvoir enfin tourner le dos, un pincement au coeur tout de même, mais dans l’intérêt de tous, à la France. Le Japon, Taïwan, m’ouvrirent leurs portes. Je ne remercierai jamais assez la Fondation de France et le Ministère de l’Education de Taïwan pour m’avoir offert des opportunités si singulières ! L’enrichissement que ces deux pays m’ont proposé est simplement indéfinissable. La transformation commencée un an plus tôt dans les montagnes et sur les côtes taïwanaises se poursuivait.

Malheureusement, en 2009, il m’a fallu rentrer. Malgré les allers-retours fréquent vers le Japon, j’ai passé près d’une année en France, jusqu’à la fin de l’été 2010. Et les choses ne sont pas roses en France. Un jeune diplômé dans une filière rare, n’a d’autre choix que de travailler dans des métiers sous payés et sans rapport aucun avec son domaine de compétence. Je remercie toutefois les employeurs qui ont voulu de moi et m’ont permis de vivre pendant ces quelques mois, mais une fois de plus, la messe était dite : partir de ce pays tant que la voie vers la reconstruction ne sera pas ouverte. Car c’est bien d’une reconstruction dont il s’agira une fois ce président disparu. Les chantiers ne seront ni simples, ni aisés. Il faudra du sang frais à ce moment-là….espérons que ce ne soit pas en 2017 !

Ô Sarkozy, oui, tu as changé ma vie. Avec toi, pour toi et pour moi, ne nous oublions pas, n’est-ce pas ? me voilà en Chine. Cette Chine, communiste, décriée dans tout les média et même si je sais bien qu’au fond d’elle-même, elle se moque bien que j’y sois ou non, Elle m’a donné la chance que cette France handicapée est incapable d’offrir au plus grand nombre d’entre nous. Ces jeunes et moins jeunes, dévoués (on l’a été un jour en tout les cas), gourmands, ambitieux et APTES. Rien. Alors, oui, la Chine, et non Taïwan, le Japon, Hong Kong qui n’ont pas encore compris que s’ils veulent sortir de leur pétrin, au même titre que notre défunte France, vont devoir faire plus que coups de manchettes polotico-médiatiques, m’a offert un cadre de vie, une situation professionnelle somme toute confortable. Et si tout n’y est pas vert, loin de là, Sarkozy, toi et ta France avez rendu possible une chose que je n’imaginais même pas concevable il y a quelques années : m’expatrier en Chine et apprécier la vie ici. Merde alors ! Si on m’avait dit ça y a 5 ans j’en aurai ri ! Mais tristement, oui, la vie en Chine n’a rien a envier à la vôtre amis français, jeunes universitaires qui avez peur et n’osez même plus le dire tant cette peur est devenue une banalité dans nos pays vieillissants, de ne jamais trouver bien mieux qu’un poste de manager au mc do ou de secrétaire à la mairie alors que votre placard renferme des diplômes rares et difficiles, que vous renfermez des connaissances si utiles, qu’on aura préféré sacrifier pour embellir notre paysage…

Ah làlà,il s’en est passé des choses depuis ce mois d’avril 2007 !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :