Nuit mouvementée (26 juin 2005)

La nuit dernière(vendredi à samedi), après avoir eu une très longue discussion avec une amie, d’une intensité particulière, je ne put trouver le sommeil. Pour la première fois depuis de nombreuses années une chose précise m’empêchait de dormir malgré l’heure tardive et le fait de devoir bienôt me lever pour aller travailler. Ce n’était ni à cause du Japon, ni même à cause de divers problèmes existentiels que l’on peut se poser, mais cela était dû à une sensation fort lointaine. Des mots flottaient dans ma tête, impossible de fermer un oeil sans voir ces mots virevolter et se mêler entre eux, particulièrement le mot « libellule » (allez savoir pourquoi……). C’est finalement vers 3h du matin que je réussi enfin à m’endormir, la tête pleine de vers….M’étant réveillé très en retard, je n’eus pas le temps de coucher sur papiers ces idées de la veille, et pour la première fois, ce travail dur qu’est le mien se déroula sans même que je m’en aperçoive, je travallais un crayon dans la poche,prêt à noter la moindre idée naissante afin de ne pas l’oublier et c’est ce soir que j’en finissais avec cette libellule……

25/06/2005

Libellule

Long ago in the fields filled with daisies,
With landsome sweating hearts
We saw a shiny holy demon made of U-turning dragonflies and lullabies
Dancing together, sky has become a moving form
Gazing at them, even the stars were smiling.

The time has stopped, the space has flown.
Only the two of us and this painting were remaining.
Hanceforth this painting has fade away,
All the shiny demon blured in a cloud of glints of blue and yellow.

Now in the shadows of the undertide,
Even though the fury of youth has left my body
Streaming the air, swallowing the eventide,

Blind I still see that sweet light emanating from your body, Lullaby.
Still loving you from two million yards away,
Now that you have passed to the other side

I still feel that little wind coming out of your wings, carressing my cheeks when you flown away, Dragonfly.

Bodyless, I still get the warth of your arm around my neck,
When you were happily smiling in our nest.

Celes.

Je ne sais pas vraimen ce que ça vaut après presque……(attendez que je regarde dans mon cahier) 4 ans sans écrire un seul poème…..mais bon, je me sentais l’envie de le mettre ici…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :