David Brin – Startide Rising/Marée stellaire

Voici un roman, en anglais, d’un auteur que j’apprécie particulièrement pour deux romans, dont un fut un énorme succès. « Le facteur » (The postman, un film hollywoodien avec Kevin Costner en fut d’ailleurs tiré) et « La jeune fille et les clones » que j’ai particulièrement apprécié.

Mais ici nous parlerons du roman de science-fiction intitulé « Startide Rising », dont ‘ai pu lire la version originale. C’est le second roman d’une saga « The uplift Universe », la traduction française est « Le cycle de l’élévation ». Le concept mère de cette saga repose sur la découverte par les humain, dans le soleil (histoire du premier tome de la saga) d’une race d’êtres différents, qui vont permettre, entre autres, aux humains de découvrir le voyage interstellaire. Dans ce nouvel univers où se côtoient une multitude de races, il y à les patrons et les clients. Les patrons sont ceux qui ont « élevé » les clients, des races « inférieures » dans le but de les rendre supérieures et de leur donner accès aux voyages interplanétaires en échange d’une servitude plus ou moins longue. Ainsi les humains élevèrent les dauphins et les chimpanzés.

Dans ce roman, nous suivons donc l’histoire du premier vaisseau spatial dirigé par une équipe de dauphins, assistés de quelques être humains et d’un chimpanzé. L’intrigue va les mener dans les confins de l’univers, confrontés à des enjeux qu’ils n’avaient pas imaginé. Le livre tire son intérêt de l’auteur. Chaque page transpire la culture générale, probablement, immense de l’écrivain. Ainsi, des références culturelles plus ou moins décelable sont faites aux poètes japonais dans la poésie courte ultra présente, à Tolkien dans la multitude des langages exposés dans le roman et à la science, composante omniprésente de ces romans.

La longueur de l’ouvrage pourrait toutefois en rebuter certains, bien au contraire, la longueur a certains atout, le fait de pouvoir saisir plus en détail les développements de l’histoire et pouvoir s’immerger au mieux dans cet univers gargantuesque. Car ici, pour une fois, la longueur ne forge pas la lassitude et si vous savez vous équiper d’une musique agréable et qui corresponde à l’ambiance, vous aurez devant vous plusieurs heures d’un agréable passe temps. The Album Leaf (Into the blue again), Shiina Ringo (Muzai moratorium), Kokia (The voice), Kitaro (Heaven and Earth) et Saez (J’accuse) furent les différents musiciens qui ont très bien su mettre en musique cette lecture.

Enjoy !

 

David Brin – Uplift War 2 – Startide Rising

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :