Mercredi 22 août, Linnei 林内, 17h30

Mercredi 22 août, Linnei 林内, 17h30

 

Dans un très grand appartement vide je suis et j’attends mon hôte. Encore une journée giga remplie avec son lot d’événements et de contres-événements.

Réveil matinal vers 6h30. Pliage de tente comme jamais vu encore. En cinq minutes c’était réglé. Petit-déjeuner à coup de thé et de chou au chocolat dégueu. Mais j’avais rien d’autre à manger. 7H45 on est reparti ! Je traverse Ita Shao et puis ça commence à monter une fois de plus. Pour me préserver, désormais les parties qui me semblent trop raides je les fais à pied. 8h15-8h30 j’atteins le Sycanzang Temple. Assez joli, je m’achète mon premier Sprite depuis que je suis à Taïwan. Puis je regarde ce que je vois pour la première fois de ma vie : un bonze qui nettoyait paisiblement l’intérieur du temple. 9H je m’achète deux bouteilles de boisson ionisée (???). 300 mètres plus loin, je me dis que j’ai le temps aujourd’hui, il est 9h, soyons à Shueili pour 12h. J’en profite alors pour bifurquer vers la pagode édifiée par Chiang Kai Shek par amour pour sa mère. Très bel endroit, silencieux, calme, paisible. Sa base culmine à 954 mètres et elle fait tout pile 46 mètres de haut. En mille, c’est justement à 1000 mètre que le sommet de la pagode pointe. Au sommet de la pagode je fais résonner l’énorme cloche qui s’y cache tout en haut. Je redescends sur le parvis et fait quelques pas quand je commence à entendre une douce mélopée s’échappant de l’édifice. Je me retourne et aperçois une jeune fille appuyée contre la balustrade qui ceint chaque étage de la pagode. Sa voix m’atteignant par toutes les ouvertures de la pagode, résonnant en elle-même, tout en m’atteignant directement fit que je m’assis un instant pour profiter de la scène. On se serait cru dans une autre époque. Je parcours en sens inverse les 570 mètres qui me séparent alors de mon vélo et me remets en route pour Shueili. Comme quoi ce qui est bien quand on fait de la montagne c’est que même si on en chie quand ça monte, et bien ça fait plaisir de redescendre. Et c’est pas du pipeau! J’ai même réussi à battre mon précédent record de vitesse établi entre Gueishan et Taipei qui était de 54,1 km/h avec un à 55km/h tout rond. Quel malheur de ne pas avoir une caméra embarquée sur mon casque. Ce fut une descente magnifique de plusieurs kilomètres de long; puis il fallut remonter. Pour redescendre encore un peu et enfin atteindre Shueili où je comptais prendre le train. Finalement je me suis arrêté dans un supermarché refaire le stock en eau, jus de fruit et eau ionisée et comme mon petit-déj fut léger je me suis acheté quelques croissants. Vous inquiétez pas, on est pas prêt d’être détrônés à ce niveau là! Prêt à repartir, et comme ça descendait encore, comme j’avais monté tout ça la veille dans un combat effréné je me dis que tant qu’on peut on descend à vélo! Je rejoins donc Jiji vers 12h. Où je vais perdre beaucoup de temps d’abord parce qu’on m’annonce que je ne peux pas prendre le train avec mon vélo. Ensuite parce je perds 30 minutes à chercher le cyber cité dans mon guide. Et finalement en apprenant qu’il a fermé. Bon c’est pas grave, je passe la nuit à Jiji, no stress. Mais je vais foutre quoi jusqu’à demain 8 heure ?

Et me voilà à nouveau sur mon cheval lesté en proie à des paysages magnifiques que je ne saurai décrire. J’arrive en soufflant pas mal au village de Mingchien où j’espère enfin trouver un cyber. Je tourne un peu dans la rue principale et « waou! »j’aperçois une enseigne avec les caractères 英 et 電. Bien que pas côte à côte je me dis qu’il doit bien y avoir quelqu’un qui parle anglais ici. C’est en fait une boutique informatique old school. Et comme pressenti, le type, trente cinq piges, parle anglais. Pas parfait, loin s’en faut, mais bien assez pour passer un agréable moment. Sa voisine, une vietnamienne qui tient une petite échoppe se vante toujours de faire de la cuisine française alors il est allé chercher un sandwich aux crudités et au poulet. Presque français en effet, si ce n’est les 3 grammes de piment au centimètre carré!! Très bon. Je reste à rigoler avec lui pendant deux bonnes heures, il me présente sa femme et son étudiant et m’apprend même un peu de kung-fu. Allez, il est 15h30, il me reste deux heures avant la tombée de la nuit, il faut que j’aille à Ershuei où je suppose la gare être plus grande qu’à Jiji et qu’ils me laisseront prendre mon vélo dans le train. 16H me voilà à Ershuei… Encore un heure trente avant la tombée de la nuit. Ershuei est un point noir sur la carte, Linnei est un point rouge… 10 kilomètres, 1h30 ? Super jouable. Let’s go en route pour Linnei. Sauf que Linnei quand j’arrive c’est mort. Ça a l’air pauvre et à part des échoppes à deux balles je vois rien. Merci mes cours de chinois bien trop bâclés par mes soins et mes cours de japonais grâce auxquels je repère la mairie où je vais demander si il n’y a pas un hôtel dans la ville. Sauf que parler anglais ou japonais à quelqu’un qui parle chinois ou taïwanais, c’est pas gagné. Puis voilà qu’un petit homme, tout petit, vient avec un doux « can I help you ? »

Oh que oui petit homme !!!

-Hôtel ?

-Oui, un. Mais pas super du tout.

-M’en fout, j’suis ko, j’veux dormir.

Dessine un plan

-Merci infiniment.

Devant la mairie, je remets mon sac sur mon dos et voilà que le petit homme accourt.

-L’hôtel est bien là où je vous ai dit mais il est complet, je viens d’appeler.

Et merde! Bon ben merci pour l’info petit homme.

-Mais il y a un appartement.

L’air soulé et un peu con :

-Où ça ?

-Le sien.

Wow! Et voilà qu’une femme d’une cinquantaine d’années fait son apparition. Elle ne parle que taïwanais et chinois mais accepte de donner les clefs de son appartement à un étranger en sueur qui pue, barbu, aux cheveux longs, pas rasé. Quelle femme!!! Elle envoie son fils qui effectue son service militaire dans la ville me chercher des clefs et me mener à l’endroit. 100-150 mètres carrés quasi vides. Le fils vient ici pour se détendre, eux habitent ailleurs maintenant. C’est la première fois qu’il parle anglais depuis 6 ans. On parle un peu puis, dans son uniforme de solda, il me dit qu’il reviendra me voir après son service qui se termine à 17h30. J’ai donc trois quarts d’heure pour moi, pour savourer une fois encore la gentillesse des taïwanais. J’en profite pour prendre ma première douche depuis Puli. Froide. Un délice. Il revient, on continue à parler, puis au détour de la discussion je lui avoue que de l’eau noire, c’est la première fois que j’en vois. Dix minutes plus tard me voilà derrière lui sur son scooter en direction de la rivière aux eaux noires. On dit que durant le mois des fantômes il ne faut pas s’approcher des rivières car les esprits des noyés pourraient essayer de vous faire prendre leur place. Il doit y en avoir eu de la douleur pour colorer cette eau ainsi. J’ai donc eu droit à une petite balade dans les environs puis nous sommes allés manger quelque part où il aime bien aller. Première fois que j’ai eu des doutes sur la bouffe. Enfin juste la soupe, bien que les fleurs en soupe c’était sympa. Et puis le bambou je commence à y prendre goût. Pour lui, c’est un jour spécial, en 24 ans c’est la première fois qu’il rencontre vraiment un étranger avec qui il peut un peu échanger, alors il a promis que dès demain il se remet à l’anglais. Mais fis des promesses, pour marque le coup on est allé jouer à la loterie nationale. Qui sait ? Ensuite il est rentré chez lui et moi je suis allé faire un tour dans un cyber. Il m’a écrit « internet » en chinois sur un bout de papier. A l’avenir ce sera donc moins compliqué d’en trouver. A priori.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :